Rexpoëde

Superficie : 13,4 km2
Population : 2069 habitants (source insee 2013)

Toponymie : Au cours de son histoire Rexpoëde est citée dans les textes sous différents noms suivant la date de la mention.
En 1107, Rexpoëde apparait sous les noms de REXPOUDA, RIKESPOLD et RIKESPOUD, du germanique RIKISBOTHIA, pouvant se traduire par « demeure de RIKI », chef de clan franc probablement.
En 1650, dans son ouvrage « Flandria illustrata », Antonius Sanderus l’écrit Rexpoele, lui donnant le sens de Rangée de marais de Reks et Poel.

Dans le contexte de l’industrie drapière, les tisserands rexpoedois se joignent en 1280 à la révolte contre les négociants d’Ypres.
En 1328, 56 Rexpoedois perdent la vie dans la bataille de Cassel.
En 1793, dans le cadre de la célèbre bataille d’Hondschoote, le village fut le théâtre de deux combats opposant les troupes anglo hanovriennes et les jeunes gens du village.

A partir de 1840, M. Vandercolme expérimente diverses techniques agricoles sur le territoire de la commune : drainage, suppression des fossés, approfondissement des labours, amélioration du bétail, transformation des pâtures, établissement d’une distillerie de betteraves.

A 20m d’altitude, Rexpoëde se trouve à cheval sur le bassin de l’Yser et la plaine maritime, elle rencontre deux influences celle de la flandre intérieure avec un parcellaire découpé plus bocager et celle de la flandre maritime avec des parcelles plus grandes.

Bien centrée, Rexpoëde a toujours fait figure de bourg.
Dynamique, le village l’est grâce à une population croissante :
en 1962 : 1241 habitants, en 1990 : 1534 habitants et en 2012 : 2011 habitants
Rexpoëde se distingue également par une activité économique dense. Elle compte de nombreux commerces de proximité, artisans et professions libérales.

Lieu remarquable : le parc du Groenhof  (jardin du 19ème siecle) abrite des essences d’arbres remarquables.

Origine de Rexpoëde

Rexpoëde est mentionné en 1107 sous les noms de Rexpouda, Rikespold, Rikespoud, du germanique Rikis Bothia (demeure de Riki), chef de clan franc probablement. En 1650, dans sa Flandria Illustrata, Antonius Sanderus dit Rexpoele, lui donnant le sens de Rangée de marais de « Reks » et « Poel », et les cartes ou peintures de châtellenies de Bergues et Furnes disent « Respoue », c'est d'ailleurs ainsi qu'il se prononce couramment en flamand occidental.
Aujourd'hui, et malgré l'apparition du « ë » dans l'orthographe du nom, Rexpoëde se prononce « rexpoude » contrairement à d'autres lieux ou noms flamands comme « Les Moëres » ou encore « Citroën » où la marque du « ë » est prononcée à la française.
Offrant une idée de ce que fut partout cette époque de dissension, de délation et de luttes, Rexpoëde paye son tribut à l'époque révolutionnaire : en 1791, trente hommes et un officier y sont délégués « pour assurer la tranquillité publique et protéger le sieur Colard, capitaine général des douanes, et sa brigade ». En mars 1792, les gendarmes durent intervenir et eurent fort à faire pour réprimer une émeute qui avait éclaté lors de la plantation de l'Arbre de la liberté. En 1793, le curé constitutionnel Vanden Heede, farouche patriote, dénonce et fait arrêter le conseil municipal ainsi que le sieur Verscheure et ses cinq sœurs, tous acheminés sur la prison de Béthune en attendant leur transfert à Arras pour pourvoir la guillotine de Jean Lebon et qui ne doivent leur salut qu'à la chute de Robespierre le IX Thermidor an III (27 juillet 1794).

La bataille d’Hondschoote

PLaqueFreytag      En cette même année 1793, le village fut le théâtre de deux combats : le 21 août, pour investir la place forte de Bergues, les Anglo-Hanovriens du maréchal Freytag, après avoir réduit Oost-Cappel, font irruption dans le village où les Sans-Culottes, aidés par le curé Vanden Heede à la tête d'une quinzaine de jeunes gens du village, résistèrent pendant trois heures à un contre dix.
les 6 et 7 septembre suivants, venant de Bambecque, l'armée républicaine, avec des fortunes diverses, occupe le village et, lors d'un engagement d'avant-garde, tint un moment entre ses mains le prince Adolphus, septième fils du roi d'Angleterre, et garda prisonnier, une partie de la nuit, le maréchal Freytag de l'armée hanovrienne, dans la « maison du potier ».

Du XIXe siècle à nos jours
Empruntons, depuis Bergues, l'ex Nationale 16A qui, depuis 1963, est dénuée de ses grands arbres qui lui faisaient si belle parure. Dix kilomètres et voilà Rexpoëde, village important et bien bâti, offrant l'ordonnance continue de ses maisons avenantes, souvent à deux niveaux, s'alignant tout au long de ce qui fut, sous l'Ancien Régime, la chaussée royale de Bergues à Ypres et qui fut longtemps pour Dunkerque la route de Lille (pavée seulement au XVIIe siècle).
Dans la cour de Baudouin, comte de Flandre, sont identifiés trois Rexpoedois qui ont noms Jacquemart, Digue et Lotard.
Dans le contexte de l'industrie drapière qui prédomine à Hondschoote, en 1280, foulons et tisserands rexpoedois se joignent à la révolte contre la mainmise corporative d'Ypres. En 1328, à la bataille de Cassel contre le roi de France, Philippe VI de Valois, les milices flamandes vaincues accusèrent cinquante-six morts de Rexpoëde alors qu'Hondschoote, ville industrielle, en compte cent vingt-huit, ce qui est pour ce village indice d'une certaine concentration humaine.

La gare, sur la ligne Rexpoëde - Bergues-Gare exploitée par la Compagnie des chemins de fer des Flandres

rteDmoeresAncienneGare GareBrasserieBehagne QuartierAncienneGare  RuedelaGareEstaminet

Bien centré, Rexpoëde a toujours fait figure de bourg ; il n'est que d'évoquer ses deux marchés hebdomadaires, le chemin de fer d'intérêt local (à voie métrique, en activité de 1893 à 1957) le reliant tant à Dunkerque qu'à Hazebrouck lui ouvrant les communications sur Lille et, de là, sur Paris.
Ses quatre brasseries, dont deux dataient du XVIIe siècle, sa distillerie, qui naquit vers 1880 et fut très active jusqu'en 1954 où beaucoup fermèrent par dispositions gouvernementales. Une poterie où l'on fabriquait carreaux de terre vernissée, tuiles, tuyaux de drainage et qui était plus que séculaire lorsqu'elle ferma vers 1890 et dont la rue de la poterie nous rappelle l'existence. Émile Coornaert cite aussi une « fabrique » de tabac, mais il y existait encore une briqueterie et une tannerie. Le marché du jeudi devint si important que, en 1894, on décide de l'agrandir de 400 m2 et de paver une partie du cimetière qui devint ainsi la place actuelle.
Contribuant encore à l'animation, s'y tenaient deux neuvaines annuelles, les troisièmes dimanches de juillet et de septembre, dont nous sont restées les ducasses. Le marché aux bestiaux se tenait place Saint-Pierre qui était l'intersection de la rue principale avec celle de la poterie et la rue nouvelle qui était plus dégagée que maintenant. Il se tenait le dimanche matin.
L'actuelle société de Saint Sébastien est l'héritière ou la survivance de celle que, en 1650, Sanderus mentionne comme y existant depuis fort longtemps.
C'est en 1866 que fut fondée la première société de musique qui existe encore actuellement. Sapeurs-pompiers et carabiniers y étaient également présents jusqu'en 2000, et jusqu'en 1950, dans trois bourloires, on pratiquait la boule flamande.

armoiriesRexpoede     

Les armes de Rexpoëde se blasonnent ainsi :
"D'argent à la fasce de sable, au premier canton d'or bordé de gueules et chargé d'un lion de sable."
Ces armoiries sont identiques a celle de la Châtellenie de Bergues avant 1586.

Lieux et monuments

Le Château Bouly de Lesdain
Dans la rue du Général Anthoine (la partie qui va de la place vers Oost-Cappel et la Belgique (route d'Ypres) se trouve au n°47, l'entrée du Château Bouly de Lesdain.
En 1917, le château fut le P.C. du Général Anthoine, qui à l'époque était général en chef des armées alliées et adjoint du Général Pétain, combattant d’Armentières à la mer à Furnes en Belgique. À ce titre, il reçut successivement du 2 juillet au 17 août :
En juillet :
• Le Prince de Teck d'Angleterre, frère de la Reine Mary d'Angleterre
• Sa Majesté le roi Georges V d'Angleterre
• une mission américaine
• le prince de Galles, futur roi Édouard VIII
• le général Pétain le 15 juillet, commandant en chef de l'Armée Française
• Lloyd Georges, premier ministre d'Angleterre
• M. Painlevé, ministre de la guerre
• Raymond Poincaré (le 22), président de la République
• Bourgeois, ministre du Travail
• Sa Majesté Albert 1er, roi des Belges.
En août :
• Le maréchal Sir Douglas Haig, commandant en chef de l'armée Britannique
• M. Alexandre Ribot, président du Conseil
• M. Albert Thomas, ministre des Munitions
• le Général Bouquois, commandant en chef de l'Armée Belge
• le Général Pétain
• leurs Majestés Albert Ier, roi des Belges et la reine Élisabeth
• une mission roumaine et une mission italienne.

La résidence du Général Anthoine
Au n° 42, rue du Général Anthoine, le Général Anthoine avait sa résidence.

La maison du potier
Au n° 35, rue des Frères Neuville, se trouvait la maison du potier. Il y a environ 200 ans, Rexpoëde y fabriquait des poteries et rivalisait avec Saint-Omer et Ypres.
La maison du potier doit surtout sa célébrité au fait que l'armée française de la Révolution détint pendant une nuit un prisonnier célèbre en la personne du Maréchal Fretag, la nuit du 7 au 8 septembre 1793, la veille de la bataille d’Hondschoote.

L’église Saint-Omer (photo)
• La première église issue de la primitive chapelle de 1160 est reconstruite en 1557, mais un pilier, portant le millésime 1497, subsista jusqu'au remaniement de 1900.
• Initialement dédiée à Saint Nicolas, elle se place sous le vocable de Saint-Omer. La majorité des églises flamandes (comme celle de Rexpoëde) sont du type église-halle, avec trois nefs d'égale hauteur d'où émerge la tour à la croisée du transept.
Un tremblement de terre ébranla si sérieusement cette tour qu'elle dut être remplacée en 1900. La commune vendit ses hectares de dunes en front de mer jouxtant la frontière, à l'emplacement même de l'actuel camping du Perroquet à Bray-Dunes, pour couvrir les frais de la nouvelle tour de 66 mètres, flèche comprise, qui s'élève actuellement au pignon ouest de l'église. Heureusement conçus et menés, d'importants travaux nous ont livré l'actuel beau vaisseau de style néogothique de 48 m sur 20 m (intérieur) qui a gardé la majeure partie de ses objets mobiliers, dont le buffet d'orgues provenant de l'Abbaye de Saint-Winoc à Bergues, stalles et chaire, ainsi que peintures votives avec textes néerlandais, langue encore usuelle de toute la Flandre intérieure parlée conjointement avec le français.
• Gravée dans le bronze, en 1833, par Gorlier, fondeur à Frévent, la grande cloche a été baptisée en 1834 avec comme parrain l'illustre Lamartine, poète, homme politique et député de Bergues, que l'on pourrait croire fourvoyé en ce village si l'on ne savait qu'il y venait faire de fréquentes visites à son ami et grand électeur Jean-Louis Debuyser. Debuyser avait asséché les Moeres avec M. Bosquillon de Jenlis à la requête du comte Hervyn de Nevele, et était maire de ce village.

Le presbytère

presbytére      Le presbytère, vieille et vaste demeure vendue en tant que bien national, fut racheté par la commune en 1812. Précédemment bien implanté dans la verdure, il perdit beaucoup de sa poésie lors de transformations malencontreuses qui lui ont enlevé son petit pont (avec piliers et grilles) qui franchissait sa douve comblée, ainsi que ses arbres. 

Les moulins à vent
Dans la dernière partie du XIXe siècle, le village possédait encore ses quatre moulins à vent répondant aux noms suivants :
• De Practyque (la pratique), près de l'actuel lotissement « La Roseraie »
• De Kerkhof Meulen (moulin du cimetière), au sud immédiat du presbytère, alors que le cimetière entourait encore l'église jusqu'en 1908, date de son transfert
• Den Disch Meulen, ou moulin des pauvres, a l'intersection de la route d'Ypres et du chemin du Preek Hoek
• jusqu'en 1950, travaillait encore le Klooster Meulen, au lieu-dit le « Zwaerte Gat », et qui était, sans erreur, le plus vieux moulin d'Europe. En effet, Mabille de Poncheville, dans « Flandre et Artois » (1938), dit : « Le plus vieux moulin d'Europe aurait été à Rexpoëde et datait de l'an 1001. » Il y a avait en effet dans ce moulin une pièce de charpente portant les dates 1001, 1243, 18.., qui avaient été reportées sur une pièce de remplacement ainsi que le voulait la coutume des charpentiers de moulins.
Joseph Dezitter, auteur de plusieurs livres sur la Flandre, a confirmé. Cette pièce de bois existe toujours. Le moulin fut volontairement abattu par son dernier propriétaire qui le tenait d'un lointain aïeul qui l'avait acquis, en assignats, à une vente de « biens nationaux » (en néerlandais Natie Goed), biens religieux ou nobles annexés par la Révolution, et cela à travers toute la France où la terre appartenait à ces détenteurs de privilèges jusqu'à leur abandon dans la nuit du 4 août 1789. Mais, dans cette Flandre conservatrice, ces acquisitions, considérées comme sacrilège, furent prétexte à des contes fantastiques où l'on voyait les acquéreurs en proie aux tourments de l'enfer et leur descendance vouée aux gémonies en raison de ces achats maudits. Cette version, créée et savamment orchestrée par le clergé du Concordat, alla jusqu'à susciter des fondations charitables à seule fin de lever l'interdit pesant sur la mémoire de ces profiteurs ou présentés comme tels...

La maison « Espagnole »
Maison rurale flamande datant de 1760. On notera plus particulièrement les vent-berges qui protègent la toiture..

Les cafés
Les estaminets ou cafés se comptèrent jusqu'à 71 au début du siècle alors qu'il en reste péniblement 1 à ce jour.
• Article détaillé : Brasseries du Nord Pas-de-Calais.

L'ancienne poste

Le bâtiment de l’ancienne poste : une histoire de générosité. Enquête sur l’édification de cette bâtisse.
ancienne poste     

Tout commence un 14 juillet 1914, lors d’une réunion du Conseil municipal lorsque Monsieur Bouly de Lesdain, Maire de Rexpoede expose aux conseillers municipaux présents la teneur d’un acte reçu par Maître Georges D’Arras, notaire à Dunkerque.

En résumé :
Mademoiselle Camille Antoinette Ursule Dumoulin, propriétaire demeurant à Malo les Bains a fait donation à la commune de Rexpoede d’une somme de quarante mille francs devant « être employée à l’édification de bâtiments devant être affectés à usage de mairie et de plus, si possible à usage de bureau de postes et télégraphe ainsi qu’à l’achat du mobilier nécessaire pour garnir la dite mairie ».
Cette donation a été faite par Mademoiselle Dumoulin en souvenir de Jeanne Thérèse Westeel, sa mère née à Rexpoede le 30 avril 1808. Il devra être placé à l’intérieur du bâtiment une plaque en marbre sur laquelle une inscription rappellera la donation (Celle-ci pouvant être annulée si cette condition n’était pas respectée !)
De plus, Mademoiselle Dumoulin s’est obligée à payer tous les frais, droits et honoraires de l’acte de donation.
Le Conseil à l’unanimité est d’avis d’accepter cette donation (le contraire eut été étonnant) et décide de confier le soin de dresser les plans et devis à Mr Bonpain, architecte. Ce bâtiment sera construit sur l’emplacement de l’ancien cimetière.
« Sur la proposition de l’un de ses membres, l’assemblée, à l’unanimité, vote des remerciements à M. le Maire qui grâce à ses relations a pu obtenir un don aussi généreux ».
Lors du Conseil municipal du 13 juillet 1922, soit 8 ans après et après constat que « les réunions du Conseil municipal et les mariages se font dans une salle située au premier étage d’un estaminet, que le secrétariat de mairie est installé dans le logement de l’instituteur, que le local du bureau de poste n’appartient pas à la commune et que le loyer sera augmenté à l’expiration du bail », les plans et financements sont adoptés à l’unanimité des conseillers présents.

Le financement sera le suivant :
40 000 francs de Mademoiselle Dumoulin ;
15 000 francs d’un don anonyme;
20 000 francs de crédit porté au budget additionnel de 1922 ;
50 000 francs d’emprunt au Crédit foncier amortissable en 30 ans (8,10 %).

La dernière phase de l’édification se décide lors de la séance du 2 juillet 1925.
En effet le Conseil municipal arrête le programme de la fête de l’inauguration de la mairie.
« Cette cérémonie aura lieu le jeudi 23 juillet à 12 heures sous la présidence de M. le Sous-préfet, y seront invités MM. Mahieu, Sénateur ; Mallengier, Conseiller général;, Mortier, Conseiller d’arrondissement ; Blin, Directeur des poste ;, Creuse, Inspecteur des locaux ; Tete, Receveur municipal ; de Lesdain, ancien Maire ; Mademoiselle Dumoulin ; Poulain, architecte ».

Un crédit de 1 000 francs est mis à la disposition de la commission des fêtes pour organisation de la fête précitée, sur ce crédit, la musique touchera 250 frs et la subdivision des sapeurs pompiers 150 frs.
Il a donc fallu 11 ans pour que le bâtiment voie le jour. En conclusion, imaginons une Mademoiselle contemporaine de notre gazette du Petit Paris, ayant une maman née à Rexpoede et qui en sa mémoire ferait à la commune un don aussi généreux…Quelle belle perspective !

Hameaux et Lieux Dits
• Comme dans tous les villages, il y a ici des hameaux et lieux-dits qui sont : De Nieuwe Meulen (nouveau moulin), den Smesch Heeck (le coin de la forge), t'Swaerte Gat (le trou noir), t'Roede Cruys (la croix rouge), den Paelme Heut (le buis). Duivels Kerkhof (ou cimetière du diable) sera prétexte d'évoquer la légende perpétuée encore jusqu'au premier tiers de ce siècle, et qui voulait qu'en cet endroit, s'élevait un couvent que le courroux céleste fit disparaître en une nuit en punition de la conduite licencieuse des nonnettes, et où nul ne s'aventurait la nuit tombée à cause des feux follets qui poursuivaient les humains, et qui, comme chacun sait, sont des âmes en tourment qui implorent la prière des vivants...
• Le chemin du Preek Hoek qui va du Swaerte Gat jusqu'à KILLEM, sur le territoire duquel village exista longtemps un estaminet du même nom, rappelle cette fin troublée du XVIe siècle, où les propagateurs de la Foi Nouvelle tenaient sermon la nuit en des endroits écartés de la campagne, Preek Hoek étant lieu ou coin de prêche.
Personnalités liées à la commune
• Wenceslas Cobergher, ingénieur des eaux, habitat le château Bouly de Lesdain, qui dessécha Les Moëres de 1619 à 1627 par la création d'une digue de protection des Moëres, le Ringsloot. Il inventa également le drain en terre cuite permettant le drainage des terres humides de la Flandre argileuse.
• Les frères Neuville : Dans la première moitié du XIXe siècle, une famille de facteurs d'orgues d'églises, les Neuville, y fut en grand renom. Le père Charles Louis (1816) et ses deux fils, Emile (1843), Alfred (1847), fournirent, réparèrent ou transformèrent les instruments de la plupart des églises de Flandre et largement au-delà, exportant même en Allemagne et en Amérique. Un troisième fils, Valentin Neuville, fut Premier Prix de Conservatoire de Bruxelles et professeur d'orgue au Conservatoire de Lyon ; c'est un compositeur post-franckiste des plus attachants. Ainsi, la rue qui porte leur nom honore tous ceux qui œuvrent à l'essor et à la réputation du village. Au n° 25, rue des Frères Neuville, se situe la maison qui fut la demeure et l'atelier de fabrication des frères Neuville
• Lamartine qui avait un faible pour Hondschoote fit don à l'église de Rexpoëde d'une cloche, c'était lors d'une campagne électorale... en 1833.
• Le général Anthoine: Une rue porte le nom du général Anthoine. « Durant la Première Guerre mondiale, le général Anthoine, commandant la première armée française, eut, de juin à septembre 1917, son quartier général dans l'actuel GROEN HOF (le domaine vert) où l'on décida d'aligner le front de Dixmude, au nord, avec celui de l'armée anglaise vers Ypres, et par la même occasion de montrer aux alliés américains, fraîchement entrés en guerre à nos côtés, que l'armée française était restée un outil efficace et cohérent entre les mains de ses chefs, après les mutineries du printemps 1917. Pendant toute cette période défila dans cette propriété tout ce que les pays alliés possédaient comme rois, princes, présidents de la République, généraux. ministres et délégations ».
• Wilfried Martens : Le restaurant du Lion d'Or reçut l'été 1988 la visite de M. Wilfried Martens, Premier ministre de Belgique.

L’origine du « p’tit paris »
Lors de la première guerre mondiale, les soldats qui étaient au front du côté d’Ypres, venaient en permission à Rexpoëde, ils avaient surnommé le village le « P’tit Paris » parce que on y trouvait de nombreux débits de boissons, et parmi ceux-ci certains avaient la particularité d’y accueillir des « filles ».

Voir aussi : Rexpoëde sur wikipédia

 



LE GROËNHOF

 

Séquoia

REXPOËDE bénéficie d’un cadre de vie exceptionnel
avec le site touristique duGroënhof.

Photos de Séquoia par Benoît Lobry, cliquer ici

Origine de la Propriété

Sur une parcelle de terrain marécageux cultivée par Monsieur Symphorien Alleys et qu’ils achètent le 23 octobre 1767, M. Mickiels, avocat au Parlement, échevin de la ville et territoire de Dunkerque et son épouse font construire une maison et des bâtiments de ferme en 1777.
Le 1er brumaire An XI, les époux Vandermeersch-Masselis rachètent la propriété qu’ils revendent à Monsieur Louis-Olivier Beaulieu, le 7 germinal An XIII.
Le 7 mai 1810, Monsieur et Madame Jean-Louis De Buyser-De Baecque, amis de Alphonse de Lamartine qu’ils recevront plusieurs fois dans cette propriété, achètent la maison, la ferme et quelques hectares de terres pour y établir leur résidence d’été.
A cette époque, la maison est entourée d’un petit jardin délimité par les bâtiments de la ferme et les pièces d’eau.
C’est à Monsieur et Madame Jean-Louis De Buyser-De Baecque que l’on doit le jardin dessiné dans le goût anglais de l’époque, que l’on connaît aujourd’hui.
Leur gendre, Alexandre Vandercolme (1805-1886) y expérimente un système d’assèchement qui fut ensuite répandu dans tout le pays.
Alexandre Vandercolme et son épouse contribuèrent à l’embellissement du jardin par la mise en place de vases et de vasques de goût romantique qui paraissent dater de leur temps.

Depuis le 8 juillet 1965, cette bâtisse bourgeoise flamande est rachetée à la famille Bouly-de-Lesdain, descendant d’Alexandre Vandercolme, par l’association diocésaine de Lille qui sous l’impulsion de l’abbé Dezomer, y ajoute, en 1965 et au sud de la structure initiale, un bâtiment en brique sur 3 niveaux et destiné à l’accueil et à l'hébergement de groupes.
En 1982, l’association ajoute, au nord du bâtiment d’origine, une salle d’accueil, salle des fêtes, pouvant contenir 150 personnes.
Cet endroit devenu lieu de halte spirituelle avec hébergement et restauration pour séminaires et autres retraites, fonctionnera jusqu’en août 1996 date à laquelle le propriétaire décide de le mettre en vente.
En novembre 1997, la Communauté de Communes de Flandre se porte acquéreur de la propriété sur la base d’un projet touristique initialisé par la commune de REXPOËDE. A l’issue des travaux de réhabilitation en 2002, la Commune devient propriétaire de cet équipement touristique.

Destination des lieux :

Jardin public
Au printemps 2003, "Le Domaine du GROËNHOF" est inauguré. Cet hôtel/restaurant/brasserie/salon de thé accueille une clientèle de groupe et individuelle.
A cet égard, le parc, de par la richesse de ses essences, constitue un atout de premier ordre. Il est le prolongement indispensable de ces activités en apportant, le calme, le repos et l'évasion.

A proximité immédiate, la clientèle peut bénéficier du "Jardin Public".
L'intérêt particulier de ce jardin dit "à l'anglaise" réside dans son état exceptionnel de conservation. Il ne semble pas avoir été modifié depuis le XIXème siècle même si quelques arbres ont été arrachés lors des deux dernières guerres.
Ce jardin utilise encore la même organisation et les mêmes références stylistiques que celles développées lors de la création du jardin de Claude Monet (Peintre : 1840 - 1926) au jardin de Giverny.
Les arbres d'essences rares n'ont fait que croître pour atteindre aujourd'hui une dimension impressionnante et assez rare (Séquoia, hêtres pourpres, chêne rouge d'Amérique, magnolia, Tulipier de Virginie,…). Dans le Nord de la France, le Jardin de REXPOËDE est un des derniers grands jardins du XIXème siècle conservé en l'état.

Un lieu chargé d’Histoire

Marronnier d'Inde
Ce site particulier a connu son heure de gloire en juillet et août 1917 quand le Général ANTHOINE, commandant la 1ère Armée Française dans le conflit militaire de 1914-1918, y établit son Quartier Général. C’est à cette époque et dans cet endroit que la commune de REXPOËDE a reçu les plus grands Chefs d’Etat de l’Europe Occidentale : Georges V, roi d’Angleterre, le Prince de Galles, le Général PETAIN, commandant en chef de l’armée française, Lloyd GEORGE, Premier Ministre Britannique, Raymond POINCARE, Président de la République Française, ALBERT 1er, roi des belges, …

 




Les équipements socio culturels

La Source
10 place de la mairie 59122 Rexpoede
Cet équipement accueille la salle colette bel, la médiathèque et son cybercentre, l’école de musique, l’espace éducatif périscolaire
Plus de détail sur la médiatèque...

La maison des jeunes La Butte (à côté de l’aire de jeux) 59122 Rexpoëde

Le centre social au 1er étage de la mairie 4 place de la mairie 59122 Rexpoëde

Les équipements administratifs

La Mairie

MairieAgencePostale      

Horaires : lundi au samedi : 10h-12h, lundi au vendredi : 15h-17h

Adresse :4 Place MAIRIE, 59122 REXPOEDE
Tel : 03 28 68 32 19
Fax : 03 28 62 51 99
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’agence postale communale
Elle se situe dans les locaux de la mairie 4 place de la mairie (horaires identiques à ceux de la mairie)
L’agence postale communale propose les services postaux suivants :
- Affranchissement et objets recommandés
- Vente de timbres
- Vente d’enveloppes « prêt à poster »
- Emballages colissimo
- Retrait des lettres et colis en instance
- Dépôt des procurations courrier
Et des services financiers et prestations associées avec notamment le retrait et dépôt d’espèces sur compte courant et compte épargne dans la limite des 350 €.

Les équipements sportifs

Stade de la perche - Stade de football
Allée des sports, 59122 Rexpoëde

Salle des sports - Salle multisports (Gymnase)
Rue du west cappel, 59122 Rexpoëde

Mini stade - Plateau EPS / Multisports / city-stades
Allée des sports, 59122 Rexpoëde

Pour se promener

Boucle de randonnée : Circuit de la kruystraete, Place de l'église, 59122 Rexpoëde

Le verger de maraude : La Butte, 59122 Rexpoëde

La mare aux canards : La Prairie, 59122 Rexpoëde

Le tour de village : Chemin pietonnier qui permet le tour du village (de la Source en passant par le Groenhof, le lotissement des Bouleaux, la Roseraie, la Ferme, le lotissement Victor Hugo, la Butte, l’école Ste Gertrude, l’indivision Dannoot, et retour par le nouveau lotissement domaine des Prés)

Les équipements cultuels

Eglise St Omer:  Paroisse St Eloi de la Colme

Autres équipements

Foyer de vie des Papillons Blancs - LE REX MEULEN
Allée Jacques Monnier, 59122 REXPOEDE
Contact: 03.28.20.02.02
Site internet : http://www.papillonsblancs-dunkerque.fr/
Brochure : Cliquer ici...

 



 

 




Les comptes rendus : cliquer ici ...

Vos Elus

Le Maire

Bruno BRONGNIART

 

La 1ère Adjointe au Maire
Chargée des affaires sociales, du ccas et du logement

Chantal MOFFELEIN

Le 2ème Adjoint au Maire
Chargé des Finances et des gros travaux

Jean Luc CLEENEWERCK

La 3ème Adjointe au Maire
Chargée de la jeunesse, du centre social

Ludivine DEGROOTE

Le 4ème Adjoint au Maire
Chargé de la culture et des relations avec les associations

Jean Bernard BACK

Conseiller municipal
Délégué à l’espace rural et à l’assainissement

Etienne POIDEVIN

Conseiller municipal
Délégué à l’entretien des bâtiments

Christophe DEBAVELAERE

Conseiller municipal
Délégué au cadre de vie et au fleurissement

Jean-Jérôme BUTAYE

Conseillère municipale
Délégué à la communication

Régine RYCKELYNCK

Conseiller municipal

Eric VANTORRE

Conseillère municipale

Amélie DASSONVILLE

Conseillère municipale

Anne-Marie PITREL

AnneMariePITREL

Conseillère municipale

Isabelle VIENNE

IsabelleVIENNE

Conseillère municipale

Catherine CHOCQUET

CatherineCHOCQUET

Conseiller municipal

Dominique FOREST

DominiqueFOREST

Conseiller municipal

Jean-Marc VANDAELE

 

Conseiller municipal

Stéphane VEROVE

 

Conseillère municipale

Marina MARTEL

 

Conseiller municipal

Jean-Sylvain ARNAUD

Jean Sylvain ARNAUD

 

 




Ordre du Jour du Conseil Municipal (Jeudi 22 septembre 2016 à 19h00 en Mairie)

- Adaptation de la posture Vigipirate : recommandations du préfet
- Finances : ajustements budgétaires, admission en non valeur, tarifs des services, indemnité de conseil au trésorier
- CCHF : rapport de la commission d’évaluation des charges transférées sur Holque et Watten
- Centre de gestion du Nord : demande d’affiliation du syndicat mixte du SAGE de l’Escaut
- SIDEN SIAN : avis à rendre sur les demandes d’adhésion de plusieurs communes et syndicats
- SIECF : reversement de la TCFE
- Avis sur le projet d’arrêté ministériel relatif à la conversion du réseau gaz B
- Médiathèque : désherbage, conditions de prêts
- Entretien des cours d’eau non domaniaux
- Questions diverses : vestiaire sportif, PLUI, présentation du site internet, etc

Bien cordialement,

le Maire,
Bruno BRONGNIART 

 


Liens utiles

Plan interactif

Mairie de REXPOEDE

4 Place MAIRIE
59122 REXPOEDE

03 28 68 32 19

Envoyez-nous un e-mail